Publicité
Publicité

Le Canada admettra près d'un million d'immigrants au cours des trois prochaines années

Le ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, a déclaré que d'ici 2036, l'immigration représentera 100% de la croissance démographique du Canada, ce qui représente environ 75% aujourd'hui.

Le Canada accueillera près d'un million d'immigrants au cours des trois prochaines années, selon la stratégie pluriannuelle présentée par le gouvernement libéral aujourd'hui, dans ce qu'il appelle "les niveaux d'immigration les plus ambitieux de l'histoire récente".

Le nombre de migrants économiques, de regroupements familiaux et de réfugiés atteindra 310 000 en 2018, contre 300 000 cette année. Ce nombre passera à 330 000 en 2019 puis à 340 000 en 2020.

Les objectifs concernant les migrants économiques, les réfugiés et les membres de leur famille ont été déposés à la Chambre des communes mercredi après-midi.

Hussen a déclaré que les nouvelles cibles porteront l'immigration canadienne à près de 1% de la population d'ici 2020, ce qui contribuera à compenser le vieillissement de la population. Il a appelé cela un plan historique et responsable et "le plus ambitieux" de l'histoire récente.

Notre gouvernement estime que les nouveaux arrivants jouent un rôle vital dans notre société", a déclaré Hussen. "Cinq millions de Canadiens sont sur le point de prendre leur retraite d'ici 2035 et nous avons moins de personnes qui travaillent pour aider les aînés et les retraités.

Selon Hussen, en 1971, il y avait 6,6 personnes en âge de travailler pour chaque personne âgée, mais en 2012, ce ratio était passé à 4,2 pour 1 et les projections indiquent qu'il sera de 2 pour 1 d'ici 2036, alors que près de 100% de la croissance démographique sera enregistrée.

résultat de l'immigration; il se situe à environ 75% aujourd'hui.

Hussen a déclaré que l'immigration stimulait l'innovation et renforçait l'économie, rejetant certaines affirmations selon lesquelles les nouveaux arrivants draineraient les ressources du Canada et deviendraient un fardeau pour la société.

Il a ajouté que le gouvernement s'employait également à réduire les arriérés et à accélérer le traitement des demandes afin de réunir les familles et d'accélérer les demandes de citoyenneté.

Le Conseil consultatif sur la croissance économique du gouvernement fédéral lui-même a recommandé d'augmenter le nombre de nouveaux arrivants chaque année d'ici à 2021. Il a indiqué que le gouvernement adoptait une approche plus progressive pour assurer une intégration réussie.

"En arrivant à ces chiffres, nous avons écouté très attentivement tous les intervenants qui nous ont dit qu'ils souhaitaient voir une augmentation, mais ils veulent également s'assurer que chaque nouvel arrivant que nous amenons au Canada - amener un nouvel arrivant au Canada représente la moitié du travail Nous devons nous assurer que les gens pourront disposer des outils dont ils ont besoin pour réussir une fois arrivés ici ", a-t-il déclaré.

Focus sur l'intégration: Rempel

La critique conservatrice en matière d'immigration, Michelle Rempel, a critiqué le plan en suggérant que le gouvernement devait faire un meilleur travail d'intégration des nouveaux arrivants.

«Il ne suffit pas que ce gouvernement présente le nombre de personnes qu’il emmène dans ce pays. Franchement, les libéraux doivent cesser d’utiliser le nombre de réfugiés, les sommes dépensées, les tweets bien pensés et les séances de photos pour mesurer leur succès du Système d'immigration du Canada. "

Elle a ajouté que les libéraux devaient remettre le système d'immigration du Canada en état de fonctionner en comblant l'échappatoire de l'Entente sur les tiers pays sûrs prévoyant l'entrée de migrants au Canada à des postes-frontières non officiels uniquement pour revendiquer le statut de réfugié.

Elle a également déclaré que le système d'immigration devrait s'attacher à aider les immigrants à s'intégrer grâce à l'efficacité linguistique et aux plans de soutien en santé mentale destinés aux personnes victimes de traumatismes.

Dory Jade, président-directeur général de l'Association canadienne des consultants professionnels en immigration, a accueilli favorablement cette nouvelle, bien qu'il ait suggéré que les chiffres soient plus élevés.

"Le Canada prospérera et grandira considérablement une fois le seuil de 350 000 franchi", a-t-il déclaré. "Néanmoins, nous assistons à une tendance très positive."

Le Conseil canadien des réfugiés a également accueilli favorablement cette nouvelle, mais en voulait plus, affirmant que la part des réfugiés n’était que légèrement augmentée, passant de 13% cette année à 14% au cours des trois prochaines années.

Appels pour des prévisions à plus long terme

Dans le passé, il y avait un chiffre sur un an pour le nombre d'immigrants autorisés à entrer dans le pays, mais les provinces et les parties prenantes ont réclamé des prévisions à plus long terme.

Avant l'annonce, la ministre ontarienne de l'Immigration, Laura Albanese, a déclaré que la province soutenait la mise en place de plans pluriannuels "visant à améliorer la prévisibilité du système d'immigration et à orienter la planification des programmes".

"Une variation importante des niveaux d'immigration d'une année à l'autre peut avoir un impact considérable sur l'exigence de ressources provinciales d'une année à l'autre. Une perspective à plus long terme aiderait à planifier des niveaux de service et une utilisation des ressources appropriés."

Selon le communiqué, l'Ontario appuie la croissance des niveaux d'immigration, en particulier dans les catégories d'immigration économique, afin de soutenir la croissance économique.
La diversité, moteur de l'innovation

Au cours de la période de consultation du gouvernement, l’Alliance canadienne du secteur de l’immigration pour les immigrants a présenté «Vision 2020», un plan «audacieux» de trois ans visant à faire face aux changements démographiques croissants en cours dans le pays, appelant à une augmentation des effectifs dans les domaines économique, familial et des réfugiés. catégories.

Il recommandait un objectif de 350 000 personnes en 2018, qui passerait à 400 000 en 2019 et à 450 000 en 2020.

Chris Friesen, directeur des services d'établissement de l'organisation, a déclaré qu'il était temps qu'un livre blanc ou une commission royale sur l'immigration élabore une approche globale de l'immigration future.

"Rien ne va avoir plus d'impact sur le pays à part une automatisation et une technologie accrues par rapport à l'immigration, et cet impact ira croissant en réponse à la baisse du taux de natalité, au vieillissement de la population et aux départs à la retraite accélérés",

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité
Publicité
Publicité