Publicité
Publicité

Le gouvernement Trudeau envisage de fermer les plateformes de médias sociaux qui refusent d'obéir aux demandes d'ingérence électorale

La ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould, a déclaré jeudi dans Le Journal de Montréal que le gouvernement fédéral n'excluait pas la possibilité de fermer des plateformes de médias sociaux refusant de se conformer à ses dernières demandes d'ingérence électorale.

Récemment, le gouvernement fédéral a appelé les géants des médias sociaux tels que Facebook, Google, Twitter et autres à se conformer à la Déclaration d'intégrité électorale conçue pour empêcher toute ingérence étrangère dans les prochaines élections fédérales.

Alors que Facebook et Google ont accepté les demandes du gouvernement canadien, notamment l'interdiction de la publicité politique sur l'ancienne plate-forme pendant la période électorale, Twitter n'a encore pris aucune mesure.

«Je pense qu’il est évident que Twitter ne prend pas ce problème au sérieux. Sinon, ils auraient agi plus rapidement », a déclaré Gould à propos de la plate-forme.

La déclaration, qui a été publiée par le gouvernement libéral en mai 2019, appelle les plateformes en ligne à «intensifier leurs efforts pour lutter contre la désinformation» et à développer de nouveaux liens avec le gouvernement canadien.

«C’est quelque chose à voir, mais maintenant je pense que l’important est la pression du public canadien qui demande plus d’informations, plus de transparence avec ces plateformes», a déclaré Gould à propos de la possibilité de fermer temporairement une plateforme pour ne pas obliger les termes de la déclaration.

«Je pense qu’il est important que les Canadiens sachent que Twitter a essentiellement décidé de ne pas assumer la responsabilité de ces activités, qu’il ne s’engage pas pour ce qu’ils vont faire ici au Canada. Et franchement, nous sommes confrontés à une pénurie de temps », a déclaré Gould.

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité
Publicité
Publicité