Publicité
Publicité

Trudeau joue à nouveau la politique avec le terrorisme - PLC

 

Les libéraux de Justin Trudeau ne feraient pas de la politique avec la liste des groupes terroristes désignés, n’est-ce pas?

Vendredi dernier, le gouvernement libéral a ajouté six nouveaux groupes terroristes à sa liste d'entités terroristes légalement désignées. Faire partie de cette liste signifie qu'il est plus facile pour le gouvernement de poursuivre en justice ses membres et de saisir des avoirs.

Quatre de ces groupes étaient des groupes islamiques actifs en Iran, en Syrie, en Égypte, à Bahreïn et dans la bande de Gaza.

Les deux autres groupes ont été décrits comme faisant partie d'un «réseau international néo-nazi».

Je suis bien avec les six groupes ajoutés à la liste; Je suis bon avec les six groupes étant chassés du Canada.

Pourtant, dans leurs commentaires publics et leurs interviews, la majeure partie de la couverture médiatique s'est concentrée sur les deux groupes néonazis.

Pourquoi?

Cela pourrait-il avoir quelque chose à voir avec la tentative du gouvernement libéral de qualifier de nazis tous ceux qui sont en désaccord avec eux?

Malheureusement, je pense que oui.

Ce n’est pas comme s’il existait un disque public de Blood and Honour ou Combat 18, les deux groupes nazis, qui ont récemment intensifié leurs activités au Canada. En fait, dans leur description des groupes sur le site Web de la Sécurité publique, ils citent des problèmes en 2012, pas au Canada, mais aux États-Unis et en Europe.

Au Canada, des incidents ont été signalés en 2011, 2012 et 2013, mais rien depuis.

Lorsque mon collègue Anthony Furey a demandé à Sécurité publique pourquoi ils ajoutaient ces groupes maintenant plutôt que les années précédentes, la réponse du porte-parole Scott Bardsley était loin d'être convaincante.

«En janvier 2012, quatre membres de B & H à Tampa, en Floride, ont été reconnus coupables du meurtre de deux hommes sans abri commis en 1998 parce qu'ils étaient considérés comme inférieurs. par des familles roms, y compris des enfants, à As, en République tchèque », a déclaré Bardsley.

Cela dépasse l'horrible, ces groupes sont affreux, mais pourquoi les ajouter maintenant, plusieurs mois avant une élection où les libéraux ont tenté de présenter tous leurs opposants conservateurs comme des nazis?

La réponse devient claire.,  C'est politique.

Je ne dis pas que les responsables de la sécurité ont tort de soulever la question des extrémistes néo-nazis ou de les ajouter à la liste du terrorisme. Je dis que la façon dont il est décrit par des personnes telles que le ministre de la Sécurité publique, Raplph Goodale, n’est que politique.

Goodale a interviewé après interview sans mentionner les quatre groupes islamiques, mais les deux groupes néo-nazis qu'il qualifiait sans cesse de «droite».

Quelqu'un doute-t-il qu'il ait tenté de lier ces groupes ignobles à ses opposants politiques, que ce soit le chef conservateur Andrew Scheer ou les nombreux premiers ministres conservateurs puissants tels que Doug Ford, Jason Kenney ou Scott Moe?

Ce n’est pas la première fois que les libéraux font de la politique avec des reportages sur le terrorisme. Lorsque le Rapport public sur la menace terroriste au Canada de 2018 a été publié, il contenait de nombreux nouveaux documents sur ce que la GRC et d'autres avaient défini comme des «points de vue extrémistes de droite».

Le rapport incluait également des sections qui parlaient d'extrémisme sikh ainsi que de forces extrémistes sunnites et chiites au sein de l'islam.

Ces descriptions générales ont été supprimées sous la protestation de divers groupes.

Le site Web et le rapport du gouvernement indiquent désormais que «le gouvernement a mis à jour la terminologie utilisée dans le rapport de 2018 pour éliminer la terminologie qui attaque involontairement toute une religion».

Source : https://torontosun.com/opinion/columnists/lilley-trudeau-plays-politics-with-terrorism-again

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité