samedi 23 mars 2019

Un terroriste risque une peine de six ans d'emprisonnement - Toronto

Un homme de Toronto qui a tenté de rejoindre des militants de l'État islamique en Syrie devrait être condamné à six ans de prison, a déclaré un procureur de la Couronne.

Pamir Hakimzadah, 29 ans, a plaidé coupable début février au chef d'accusation d'avoir quitté le Canada pour participer à une activité terroriste et a également admis mardi avoir agressé une femme de Toronto en 2015 dans une affaire indépendante.

L’avocat de la Couronne, Chris Walsh, a déclaré lors de l’audience de détermination de la peine que personne ne savait comment Hakimzadah s’était radicalisé et s’inquiétait du plan de l’avocat de la défense, Luka Rados, visant à déradicaliser son client par des consultations psychiatriques et spirituelles.

«C’est un nouveau territoire et il n’a pas été testé», a déclaré Walsh. Hakimzadah a quitté Toronto en octobre 2014 et s'est rendu à Istanbul dans le but de trouver un moyen d'entrer en Syrie pour rejoindre l'État islamique d'Irak et du Levant.

Un chauffeur de taxi en Turquie soupçonnait Hakimzadah de vouloir se joindre au groupe terroriste et a informé les autorités Canadienne. Hakimzadah a été ramené au Canada.

Hakimzadah a admis avoir visionné en ligne des vidéos de propagande de militant de l'État islamique et était sensible à leur point de vue.

Bien que les tribunaux supérieurs aient indiqué que les terroristes étaient pires que les criminels, «cela ne veut pas dire que tous les terroristes méritent une peine plus lourde», a déclaré Rados. «Nous demandons une longue peine (d'une peine purgée de trois ans et sept mois de détention avant jugement) pour un délinquant récidiviste.»

Le juge John McMahon a souscrit à la décision de la Cour d'appel selon laquelle les terroristes sont des criminels plus graves que les criminels ordinaires et méritent par conséquent des peines plus sévères et dissuasives.

«Si vous vous joignez à des personnes qui vont tuer, faire exploser des personnes, violer des enfants, faire exécuter des enfants par d'autres, décapiter d'autres personnes, je peux comprendre pourquoi la Cour d'appel a dit ce qu'elle disait», a répondu McMahon.

Il prononcera sa peine jeudi.

 

Publicité