Publicité
Publicité

4.305 chrétiens assassinés par des musulmans en 2018

Les chrétiens nigérians ont été témoins d'une nouvelle série d'attaques sanglantes la semaine dernière lorsque les terroristes de Boko Haram ont capturé la ville de Michika, dans l'État de l'Adamawa, dans l'extrême est du Nigéria, en incendiant des bâtiments et en échangeant avec les troupes gouvernementales.

Selon un éditorial publié dans le Washington Examiner par le journaliste Douglas Burton, l'attaque s'est poursuivie pendant des heures avec un nombre inconnu de victimes, bien que les rapports initiaux aient mentionné: «des dizaines de morts». Burton est membre du comité consultatif de Save the Persecuted Christians. (STPC), qui défend les intérêts de plus de 300 millions de chrétiens persécutés dans le monde entier.

Père Peter John Wumbadi, responsable de l’Église catholique Sainte-Anne de Michika. Wumbadi a déclaré à Burton qu'il avait entendu des explosions et beaucoup de balles perdues, ce qui l'avait motivé à ranger six étudiants de l'école paroissiale dans son véhicule tout-terrain et à passer devant des bâtiments en feu et des foules de citoyens paniqués qui couraient à l'abri.

Wumbadi s'est rendu en voiture au village de Kalaa, où lui et les étudiants se sont réfugiés dans la maison paroissiale du père Lawrence Ikeh, située à quelques kilomètres du parc national de Sambisa. On estime que quelque 5 000 terroristes de Boko Haram ou plus se réfugient dans des bunkers souterrains dans le parc.

«Après cette attaque, je suis venu visiter les villages situés dans un rayon de trois kilomètres autour de mon église et c'était comme un cimetière», a déclaré le père Ikeh en pleurant. "Plus de 150 personnes ont été assassinées."


Selon CBN News, au moins 120 personnes ont été tuées dans une série d'attaques perpétrées par la milice fulani sur des communautés chrétiennes dans la chefferie Adara du sud de Kaduna au Nigeria depuis février, selon le groupe à but non lucratif Christian Solidarity Worldwide (CSW) .

L’assassinat s’est également poursuivi au Congo. Open Doors USA a annoncé au début du mois que six chrétiens, dont trois femmes et un enfant de neuf ans, avaient été tués lors d’une attaque contre le village chrétien de Kalau situé près de la ville de Beni la République démocratique du Congo.

Les assaillants faisaient partie des Forces démocratiques alliées (ADF). Les ADF ont été formés il y a 24 ans par des rebelles musulmans ougandais après leur retrait de l'armée ougandaise.

Selon Open Doors USA, des centaines de civils sont morts dans la seule région de Beni au Congo. Les militants des ADF auraient tué au moins 700 civils et plus de 20 soldats de la paix de l'ONU.

L’attaque contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande a continué de faire la une des médias américains depuis qu’un raciste autoproclamé a tué 50 personnes. Bien que les attaques contre les musulmans vivant dans le monde occidental soient extrêmement rares, la situation n’est pas comparable à celle du meurtre de chrétiens vivant dans le monde musulman. Selon Open Doors USA, au moins 4 305 chrétiens connus ont été assassinés par des musulmans en raison de leur foi en 2018.

Dans son dernier «Rapport sur la liberté religieuse», Aide à l'Église en détresse a averti que 300 millions de chrétiens, essentiellement dans les pays à majorité musulmane, étaient soumis à la violence, ce qui en faisait «la religion la plus persécutée au monde».

The Voice of Europe rapporte que les chances qu'un chrétien soit assassiné par un musulman dans un pays à majorité musulmane - simplement parce qu'il est ce qu'il est - sont d'environ un sur 70 000. Ce qui signifie qu'un chrétien vivant dans un pays à majorité musulmane a 143 fois plus de risques d'être tué par un musulman parce qu'il est chrétien qu'un musulman est susceptible d'être tué par un non-musulman dans un pays occidental parce qu'il est ce qu'il est .

Source: CBC News

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité