Publicité
Publicité

Mémo de la CIA: La désignation de Frères musulmans comme terroristes

Les responsables de l'administration Trump qui tentent de désigner les Frères musulmans comme organisation terroriste étrangère se heurtent à au moins un obstacle majeur: les analystes de la Central Intelligence Agency.

Les experts de la CIA ont mis en garde contre le fait que le groupe islamiste, établi il y a plusieurs décennies, "pourrait alimenter l'extrémisme" et nuire aux relations avec les alliés des États-Unis, selon un résumé d'un rapport de renseignement destiné aux services de renseignement et aux décideurs communiqué à POLITICO par un responsable américain.

Le document, publié en interne le 31 janvier, indique que la Fraternité - qui compte des millions d'adeptes dans le monde arabe - a «rejeté la violence comme une question de politique officielle et s'est opposée à Al-Qaida et à l'Etat islamique».

Il reconnaît qu '«une minorité de membres de MB [des Frères musulmans] s'est livrée à la violence, le plus souvent en réaction à la dure répression du régime, à une occupation étrangère supposée ou à des conflits civils». Notant qu'il existe des branches du groupe dans des pays tels que la Jordanie, Le Koweït, le Maroc et la Tunisie soulignent que certains alliés des États-Unis dans la région "craignent probablement qu'une telle mesure puisse déstabiliser leur politique intérieure, nourrir des récits extrémistes et susciter la colère des musulmans dans le monde".

Les groupes de MB bénéficient d'un large soutien dans la région Proche-Orient-Afrique du Nord et de nombreux Arabes et musulmans du monde entier considéreraient une désignation de MB comme un affront à leurs valeurs religieuses et sociétales fondamentales, poursuit le document.  De plus, une désignation américaine affaiblirait probablement les arguments des dirigeants du MB contre la violence et fournirait à l'Etat islamique et à Al-Qaida un supplément de pouvoir pour que la propagande gagne des partisans et un soutien, en particulier pour les attaques contre les intérêts américains.

La CIA a refusé de commenter et la Maison Blanche n'a pas répondu à une demande de commentaire. Mais le document risque de dresser l’agence contre un président qui a rejeté ses évaluations du renseignement et énervé beaucoup de membres de la communauté du renseignement lorsqu’il a comparu devant le mur du mémorial de l’agence et exagéré la taille de la foule lors de son discours d’inauguration.

Et il semblerait que les analystes de l’agence soient en désaccord avec son nouveau directeur, Mike Pompeo, qui, en tant que membre du Congrès, a coparrainé un projet de loi visant à interdire les Frères et a prévenu à la radio que des groupes islamistes infiltraient les États-Unis. «Il existe aux États-Unis des organisations et des réseaux liés de manière profonde et fondamentale à l'islam radical», a déclaré Pompeo à Frank Gaffney, responsable du Centre pour la politique de sécurité et promeut souvent une vision conspiratrice des musulmans. "Ils ne se trouvent pas seulement dans des pays comme la Libye, la Syrie et l'Irak, mais également dans des villes comme Coldwater, le Kansas et de petites villes d'Amérique".

Même avant que le président Donald Trump ne prenne ses fonctions, des groupes extérieurs comme Gaffney et certains membres du Congrès avaient fait pression sur son équipe pour qu’elle soit désignée, processus qui prend généralement des mois et nécessite des équipes d’analystes qui passent au crible des rapports de renseignements pour déterminer si une organisation convient. la définition légale d'une organisation terroriste.

En janvier, le sénateur Ted Cruz (R-Texas) et le représentant Mario Diaz-Balart (R-Fla.) Ont réintroduit deux projets de loi qui obligeraient le département d'État à informer le Congrès «si les Frères Musulmans remplissent les critères de désignation une organisation terroriste étrangère »et, sinon, expliquer pourquoi. Quelques jours avant l’inauguration de Trump, une coalition anti-islamiste appelée «Faith Leaders for America» a tenu un événement d'actualité au cours duquel des orateurs ont exhorté à plusieurs reprises le nouveau président à procéder à cette désignation.

Depuis lors, les médias ont suivi un débat grandissant au sein de l'administration sur la question de savoir si Trump devrait appuyer sur la gâchette, éventuellement sous la forme d'un décret demandant au département d'État d'évaluer si la Fraternité respecte la norme juridique requise. Une source du département d’Etat a déclaré que la Maison-Blanche avait contacté les représentants légaux du département, ainsi que plusieurs bureaux, pour connaître les conséquences. Mais la dynamique semble s'être arrêtée ces derniers jours.

«En gros, ils voulaient savoir si un ordre suffirait ou s'il fallait suivre un processus», a déclaré la source. «Cela a été très contrarié et il semblerait que l'équipe de la Maison Blanche se soit penchée sur les exigences légales pour désigner une organisation terroriste étrangère.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité