Burkina Faso: Plus de 60 personnes tuées dans des attentats terroristes

Soixante-deux personnes ont été tuées dans des attentats terroristes et des affrontements intercommunautaires dans le nord du Burkina Faso.

"Il y a eu 62 morts", a déclaré le ministre de l'Administration territoriale, Simeon Sawadogo, à propos des violences entre dimanche et mardi dans la commune de Arbinda, dans la province de Soum, dans la région du Sahel, près de la frontière malienne.

«Nous avons 32 morts à cause des terroristes. Nous en avons 30 qui sont morts des suites de conflits communautaires, de représailles entre Kouroumba, Peuls, Mossis, etc. », a déclaré Sawadogo le mercredi 3 avril.

Les militants ont poursuivi et tué des personnes, a déclaré Sawadogo dans sa déclaration télévisée, ajoutant que neuf personnes avaient été enlevées.

Des individus armés ont pris d'assaut dimanche soir le village de Hamkan, à sept kilomètres d'Arbinda, où ils ont tué le chef religieux du village, son fils aîné et son neveu, a annoncé le ministre, sept personnes avaient été tuées lors de cette attaque

«Après l'assassinat de Sheikh Werem, il y a eu des affrontements entre les communautés à Arbinda, qui ont entraîné des représailles des deux côtés», selon Sawadogo, décrivant une «situation déplorable».

Le ministre a déclaré que les habitants des villages environnants se sont rendus à Arbinda après les violences. La situation en matière de sécurité est telle que personne n'est en sécurité, a-t-il déclaré, insistant sur le fait que des mesures de sécurité supplémentaires avaient été mises en place dans la région.

L'intention des terroristes est en réalité de créer un conflit entre les différentes communautés.  Le Burkina Faso, l’un des pays les plus pauvres du monde, fait face à une vague d’attaques croissantes au cours des trois dernières années, qui a débuté dans la région du Nord, près de la frontière avec le Mali.

Les attaques se sont propagées dans l'est du pays, près de la frontière avec le Togo, le Bénin et le Niger et, dans une moindre mesure, dans l'ouest du pays. La plupart des attaques sont attribuées au groupe djihadiste Ansar ul Islam, qui est apparu près de la frontière malienne en décembre 2016, et au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (JNIM), qui a juré allégeance à Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Les civils et les forces de sécurité ont payé un lourd bilan: le nombre officiel de morts s'élève désormais à plus de 300 depuis 2015, mais le bilan pourrait être considérablement plus élevé.

Selon une analyse du Projet de données de localisation et d’événement de conflit armé (ACLED), les violences perpétrées par des groupes armés au Burkina Faso se sont accrues. 499 personnes ont été tuées lors de 124 attaques de civils dirigées directement entre le 1er novembre et le 23 mars, soit 7 000% augmentation d'année.

En outre, selon l'ACLED, les conflits impliquant des groupes armés et le nombre de morts résultant d'affrontements armés ont augmenté de plus de 200%.

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.


Code de sécurité
Rafraîchir