Publicité
Publicité

Les Américains voulaient tuer Castro ?

Le fidel Castro de Cuba était un croquemitaine pour le gouvernement américain, après que sa
 révolution de 1959 avait introduit le communisme sur leur continent.

Les exilés cubains insistèrent pour une action directe contre Castro, et, en 1961, le président Kennedy approuva le débarquement désastreux de la Baie des Cochons par les exilés, appuyé par la CIA, mais sans grand soutien militaire. 

Mécontente, la ClA envisagea divers scénarios pour se débarrasser de Castro, comme l'Opération 40 impliquant un sabotage, et l'opération Northwoods, un complot sous « fausse bannière ». Les comploteurs de Northwoods devaient conspirer à la mise en scène d'actions terroristes aux États-Unis, tels que des détournements d'avions.  

Ils devaient ensuite reporter la faute sur Castro et ainsi fournir aux États-Unis une excuse pour attaquer Cuba. Ils prévoyaient même de saboter le vol Mercury qui devait envoyer l'astronaute John Glenn dans l'espace. En 1961, après le départ du directeur de la CIA, Allen W. Dulles, Kennedy rejeta l'opération Northwoods.

Mais la CIA continua de comploter pour neutraliser Castro, le ruiner politiquement ou l'éliminer. Les scénarios « tuer Castro » prévoyaient la complicité d'une maîtresse pour lui administrer des médicaments empoisonnés au lit, lui faire « accidentellement » une piqûre empoisonnée' lui glisser des cigares explosifs et mélanger des produits chimiques à ses repas pour faire tomber ses cheveux et sa barbe, anéantissant ainsi son image de macho révolutionnaire.

Connaissant sa passion pour la plongée sous-marine, la CIA souhaitait lui offrir, comme cadeau diplomatique, une combinaison qui l'aurait rendu mortellement malade. Un autre complot impliquait de disposer des coquillages explosifs sur ses sites de plongée favoris.  

Castro demeura un point épineux pour le gouvernement américain jusqu'à sa retraite forcée pour cause de maladie, en 2008. Il passa la main à son frère cadet, Raul.

PREUVE ?

La campagne du « projet cubain » organisée par la CIA pour renverser le régime communiste de Cuba s'est en partie tenue sans que le président américain en soit informé. À son apogée, environ 2500 personnes étaient impliquées dans ces complots ! Les critiques descendirent en flèche la CIA pour ses échecs absurdes et coûteux, faisant des États-Unis « les plus gros terroristes internationaux ».

À New York, en 1962, des manifestants ont marché pour la paix pendant la crise des missiles de Cuba, alors que les États-Unis et l'URSS étaient à deux doigts d'entrer en guerre.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité