Publicité
Publicité

La manipulation mentale

Y a-til une meilleure façon de gagner une guerre que de contrôler l'esprit de ses ennemis ?

Une voie explorée par le programme de recherche secret sur les modifications comportementales MK-Ultra delà CIA,dans les années 1950 et 1 960.  Lors de la guerre de Corée, des soldats américains prisonniers au nord avaient subi des lavages de cerveau jusqu'à exprimer leur adhésion aux idéaux communistes. La CIA se devait de répliquer, tout comme elle devait répondre à la frustration croissante de ne pas pouvoir infiltrer des agents derrière le rideau de fer, et à la peur des espions communistes basés à l'Ouest. Sidney Cottlieb, chimiste à la CIA, surnommé le « Sorcier Noir » dirigeait l'équipe du MK-Ultra, qui visait à développer des substances assurant le contrôle mental pour contrer les lavages de cerveau communistes.

Les chercheurs souhaitaient aussi programmer des individus pour garder des secrets à leur insu, jusqu'au « réveil ». Lors des expérimentations, des personnes furent soumises, sans le savoir, à des substances telles que le LSD, et à des pratiques comme l'hypnose, la privation sensorielle, la torture, les abus verbaux et sexuels, et l'isolation forcée.

Les projets Artichoke et Bluebird, précurseurs du MK-Ultra, sont eux mêmes issus de l'opération Paperclip de 1945, le programme allié de recrutement de scientifiques nazis, après la défaite allemande.   À l'apogée de la guerre froide, dans les années 1950, les services secrets américains craignaient l'utilisation du contrôle mental par les communistes dans le cadre de la subversion et de l'espionnage. Leur contre-attaque était le projet MK-Ultra. 

Les méthodes extrêmes du MK-Ultra étaient utilisées pour promouvoir l'indépendance, la réflexion impulsive et illogique, causer l'amnésie et la confusion mentale et pour s'assurer que l'individu ne parlerait pas, même soumis à un interrogatoire. L'étude fut menée dans des universités, hôpitaux, prisons, entreprises pharmaceutiques ; tantôt à découvert, tantôt par des organisations de façade.

En 1973, avec l'explosion du scandale du Watergate et l'impopularité croissante de la guerre du Vietnam, le directeur de la CIA, Richard Helms, ordonna la destruction de tous les dossiers du MK-Ultra. Une tentative de faire disparaître les preuves des activités discutables, si ce n'est illégales, de la CIA. Mais le projet fut rendu public par la commission Church du Congrès américain, en 1975.En 1977,la «Loi pour la liberté d'information » en révéla davantage et certaines actions relatives au projet furent déclassifiées, en 2001.

 

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité