La conspiration des Poudres de 1605

S’il est connu que Guy Fawkes tenta de faire sauter le Parlement, un mystère demeure néanmoins.

Né à York en 1570, Guy Fawkes était un catholique dans un royaume protestant. Les catholiques anglais espéraient que Jacques Ier, qui succéda à Élisabeth 1er en 1603, mettrait fin aux lois discriminatoires à leur égard.

Lorsque ces espoirs furent anéantis, Fawkes rejoignît un complot organisé par Robert Catesby. Prévoyant de faire exploser le Parlement, de tuer ou d’effrayer le roi, pour installer sa fille Élisabeth sur le trône, avec un époux catholique.

En 1605, on comptait 13 conspirateurs. Guy Fawkes, un ancien soldat, s’y connaissait en poudre à canon : il fut chargé des explosifs. Sous le nom de John Johnson, il loua une maison proche du palais de Westminster, et entassa dans la cave 36 barils de poudre à canon, acheminés par la Tamise depuis la maison de Catesby, à Lambeth.

Le soir du 4 novembre, Fawkes se cacha dans sa cave et attendit, ignorant que les comploteurs avaient déjà été dénoncés.

Le 26 octobre, Lord Monteagle reçut une lettre anonyme lui enjoignant de s’éloigner du Parlement le 5 novembre. Il montra la lettre à Robert Cecil, secrétaire d’État, qui en parla au roi, Jacques. Celui-ci ordonna une fouille du Parlement et des bâtiments alentours.

D’abord, les chercheurs ne prêtèrent pas’ attention à un « grand homme » près d’une pile de bois. Vers minuit, une nouvelle perquisition permit d’arrêter « un garçon très grand et désespéré » : Guy Fawkes. Catesby et les autres s’enfuirent.

Certains furent tués en résistant et les autres, dont Fawkes, furent pendus.   Cet échec fut dramatique pour les catholiques, et l’auteur de la lettre n’a jamais été identifié.

Après son arrestation, Guy Fawkes garda le silence pendant deux jours. Mais céda sous la torture et souffla les noms de ses complices.  Castesby et les autres s’étaient réfugiés à Holbeach House, dans les Midlands, où 200 soldats leur tendirent un piège.

En tentant de sécher la poudre humide, ils provoquèrent une explosion aveuglant l’un d’eux. Dans le combat qui suivit, Catesby et quelques-uns furent tués ; les autres furent arrêtés, jugés, puis pendus.

Sous la torture, Guy Fawkes révéla finalement les noms de ses complices. Il s’agit ici de sa déclaration, Il s’agit ici de sa déclaration, signée par un homme brisé qui fut pendu en janvier 1606.

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.


Code de sécurité
Rafraîchir