Publicité
Publicité

Le vol 103 PAN AM - les Iraniens sont les suspects

 

Le vol 103 Pan Am en partance de l'aéroport de Heathrow, à Londres, pour celui de JFK, à New York, s'écrasa le 21 décembre 1988.  On s'interroge toujours sur l'identité du poseur de bombe qui tua 270 personnes.

Accusée, la Libye a toujours nié sa responsabilité, bien qu'elle ait payé une compensation aux familles des victimes. Les théoriciens du complot et des sources gouvernementales désignent d'autres coupables.

Les renseignements américains affirment que l'Iran a financé l'attaque pour venger la destruction d'un avion de ligne iranien par le navire de guerre USS Vincennes, plus tôt en 1988. Le terroriste Abu Nidal, tué en 2002, aurait avoué sa participation au désastre.

Les services de renseignements israéliens, le Mossad, et le gouvernement d'apartheid d'Afrique du Sud furent aussi accusés, mais démentirent toute implication. Pour la CIA, les Iraniens sont les suspects « les plus probables à ce jour». 

Selon une autre hypothèse, la bombe était destinée à un vol Francfort-New York transportant des militaires américains en congé pour Noël, mais aurait été posée dans le mauvais avion. Une autre possibilité retenue dans le mauvais avion. Une autre possibilité retenue parles conspirationnistes est que la CIA supervisait un « acheminement protégé de drogues » pour les un « acheminement protégé de drogues » pour les trafiquants syriens, leur permettant d'entrer et de sortir des États-Unis en échange d'informations sur les trafiquants syriens, leur permettant d'entrer et de sortir des États-Unis en échange d'informations sur les organisations palestiniennes.

D'après eux, une « mule » aurait placé la bombe à bord du vol 103, par erreur ou délibérément. Si la CIA le savait, elle n'en dit rien car l'opération était frauduleuse. Toutefois, cette théorie n'est guère étayée.

En 1999, le dirigeant libyen, le colonel Kadhafi, accepta l'extradition de deux Libyens aux Pays-Bas. Seul l'un d'eux, Abdelbaset Al Megrahi, fut condamné. Libéré en 2009, il mourut d ' un cancer en 2012, en Libye. En 2011, après le renversement de Kadhafi, un officiel libyen déclara qu'il existait des preuves que le colonel avail autorisé Al Megrahi à piéger le vol 103.

 

 

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Publicité