Le scénario de l'exercice se termine avec plus de trois milliards de cas et 270 millions de décès dans le monde.

Monkeypox, une maladie virale rare, a fait la une des journaux et semble se propager aux États-Unis. Un habitant de New York a été testé positif au virus qui cause la variole du singe, ont annoncé vendredi soir des responsables de la santé publique.

Alors que les gouvernements du monde entier intensifient leurs efforts de vaccination de masse et désignent les pandémies comme prétexte pour porter atteinte aux libertés civiles, il convient de noter qu'une organisation de sécurité mondiale influente connue sous le nom de Nuclear Threat Initiative a publié un document de jeu de guerre en mars 2021 qui prédisait spécifiquement un monkeypox épidémie en mai 2022.

Il y a un an, lors d'une conférence à Munich [sic], le NTI a prédit une attaque terroriste contre la variole du singe en mai 2022 dans un jeu de germes, sauf qu'il semble qu'ils étaient les terroristes, a rapporté Daniel Horowitz, rédacteur en chef de TheBlaze.

Le document wargame donne un aperçu précieux de la manière dont les gouvernements nationaux et les organisations intergouvernementales entendent se préparer à la prochaine pandémie.

En mars 2021, NTI s'est associé à la Conférence de Munich sur la sécurité pour mener un exercice sur table sur la réduction des menaces biologiques à conséquences élevées, indique le document de conférence. L'exercice a examiné les lacunes des architectures nationales et internationales de biosécurité et de préparation aux pandémies - en explorant les possibilités d'améliorer les capacités de prévention et de réponse aux événements biologiques à hautes conséquences. Ce rapport résume le scénario de l'exercice, les principales conclusions de la discussion et des recommandations concrètes pour la communauté internationale .

Développé en consultation avec des experts techniques et politiques, le scénario de l'exercice dépeint une pandémie mondiale mortelle impliquant une souche inhabituelle du virus de la variole du singe qui émerge d'abord dans le pays fictif de Brinia et se propage finalement à l'échelle mondiale, indique le document.

Plus tard dans l'exercice, le scénario révèle que l'épidémie initiale a été causée par une attaque terroriste utilisant un agent pathogène conçu dans un laboratoire avec des dispositions de biosécurité et de biosécurité inadéquates et une surveillance faible. Le scénario de l'exercice se termine avec plus de trois milliards de cas et 270 millions de décès. à l'échelle mondiale.

Dans le cadre du processus d'élaboration de scénarios, NTI a mené une consultation virtuelle avec des experts en décembre 2020 », ajoute NTI.

Parmi les participants à l'exercice de jeu de guerre monkeypox : le Dr George Gao, directeur général du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies: Dr Chris Elias, président, Division du développement mondial, Fondation Bill & Melinda Gates ; Dr Ruxandra Draghia-Akli, responsable mondiale de la R&D en santé publique mondiale de Johnson & Johnson ; Dr Beth Cameron, directrice principale, Bureau de la sécurité sanitaire mondiale et de la biodéfense, Conseil de sécurité nationale des États-Unis ; Sir Jeremy Farrar, directeur, Wellcome Trust ; Mme Izumi Nakamitsu, Secrétaire générale adjointe et Haute Représentante pour les affaires de désarmement aux Nations Unies ; Ambassadeur Wolfgang Ischinger, Président, Conférence de Munich sur la sécurité ; et le Dr Ernest J. Moniz, coprésident et PDG de la Nuclear Threat Initiative.

Les documents de wargaming fixent la date initiale de la pandémie de monkeypox de 2022 au 15 mai :

Vendredi, l'Organisation mondiale de la santé a confirmé environ 80 cas de monkeypox avec des flambées récentes signalées dans 11 pays, selon son communiqué. Les épidémies sont «inhabituelles» car elles se produisent dans des pays où le virus n'est pas «endémique», a ajouté l'OMS.

L'OMS travaille avec les pays touchés et d'autres pour étendre la surveillance des maladies afin de trouver et de soutenir les personnes susceptibles d'être touchées, et de fournir des conseils sur la manière de gérer la maladie, a déclaré l'agence.

Le document NTI wargaming peut être lu dans son intégralité ci-dessous :

NTI Monkeypox Pandemic Warg... par Kyle Becker

Dans son avant-propos, tout en évitant soigneusement toute mention du laboratoire de Wuhan, NTI explique comment de futures menaces biologiques pourraient être causées par une « mauvaise utilisation délibérée » d'agents pathogènes biologiques ou un « accident de laboratoire ».

Au cours des deux dernières années, le monde a été confronté à l'impact dévastateur qu'un événement biologique peut avoir sur la santé humaine, les économies et la stabilité politique, indique le document.  Au moment d'écrire ces lignes, le virus SARS-CoV-2 a infecté plus de 250 millions de personnes, tué plus de cinq millions et causé des milliards de dollars de pertes économiques.

Il s'agit d'un langage obscur typique qui élude que les mesures de réponse aux coronavirus, telles que les confinements, ont été évaluées comme n'ayant pas réussi à arrêter la propagation de la maladie ou à réduire la surmortalité, tout en infligeant des ravages dévastateurs aux sociétés et aux économies.

Le COVID-19 a révélé que les gouvernements nationaux et la communauté internationale ne sont malheureusement pas préparés à répondre aux pandémies, ce qui souligne notre vulnérabilité commune aux futures menaces biologiques catastrophiques qui pourraient atteindre ou dépasser les graves conséquences de la pandémie actuelle, poursuit le document de la NTI.

Bien que les dirigeants nationaux et mondiaux se concentrent à juste titre sur les exigences immédiates de la réponse à la COVID-19, la communauté internationale ne peut pas reporter la mise en œuvre des mesures nécessaires pour se protéger contre les futures menaces biologiques. Cela doit inclure la reconnaissance que si les pandémies émergent naturellement continuent de poser un menace importante, la prochaine catastrophe mondiale pourrait être causée par une mauvaise utilisation délibérée des outils de la biologie moderne ou par un accident de laboratoire. »

La Nuclear Threat Initiative se décrit comme une organisation de sécurité mondiale à but non lucratif et non partisane axée sur la réduction des menaces nucléaires et biologiques mettant en péril l'humanité. En outre, NTI  collabore avec les gouvernements et les organisations pour sensibiliser, défendre et mettre en œuvre des solutions créatives, selon son site officiel.

NTI a été fondée en 2001 par le fondateur de CNN, Ted Turner, et l'ancien sénateur démocrate américain de Géorgie, Sam Nunn. Il est actuellement dirigé par le coprésident et chef de la direction Ernest J. Moniz, qui était secrétaire américain à l'énergie avant l'administration Trump.

Comme indiqué dans son rapport annuel 2021, des dizaines d'organismes de bienfaisance, de fondations et de gouvernements nationaux contribuent aux opérations de NTI, notamment : la Fondation Bill & Melinda Gates, la Fondation MacArthur et la Fondation Rockefeller.

Le moment de l'épidémie de monkeypox coïncide avec une pression agressive pour que l'Organisation mondiale de la santé acquière de vastes nouveaux pouvoirs, notamment pour déclarer unilatéralement des (pandémies) qui obligeraient les signataires à adopter des mesures, y compris des mandats de vaccination.

Le président Joe Biden et les dirigeants mondiaux ont récemment clairement indiqué lors du récent (2e Sommet mondial sur le Covid) que les mesures de réponse au nouveau coronavirus n'étaient que le début des efforts du gouvernement pour lutter contre les pandémies.

L'Assemblée mondiale de la santé de ce mois-ci, l'OMS présentera un plan visant à renforcer l'architecture mondiale pour la préparation, la réponse et la résilience aux urgences sanitaires, a déclaré le directeur de l'OMS, Tedros Ghebreyesus, dans une vidéo pour le sommet Covid. Cela comprend la création d'un fonds d'intermédiaire financier pour soutenir un accès équitable aux outils vitaux face aux futures épidémies et pandémies.

« Et nous augmentons notre soutien au nouveau fonds de préparation à la pandémie et de sécurité sanitaire mondiale qui sera créé à la Banque mondiale cet été, avec un financement de démarrage de 450 millions de dollars », a ajouté Biden.

Il est clair qu'une réponse mondiale coordonnée est nécessaire pour lutter contre les futures urgences sanitaires, a déclaré le Premier ministre indien Narenda Modi.

L'administration Biden est à la tête d'une initiative visant à modifier le Règlement sanitaire international avec une proposition (point 16.2 de l'ordre du jour provisoire) à l'Assemblée mondiale de la santé qui a été rendue publique en avril.

Selon la proposition, les amendements au Règlement sanitaire international (tels que concernant les verrouillages, les fermetures de frontières, les mandats de masque et les mandats de vaccins) entreraient prétendument en vigueur pour les 194 États membres.

« Conformément au paragraphe 3 de l'article 55 du Règlement sanitaire international (2005), tout amendement au Règlement adopté par l'Assemblée de la Santé entrerait en vigueur pour tous les États Parties dans les mêmes conditions et sous réserve des mêmes droits et obligations que prévu à l'article 22 de la Constitution de l'OMS et aux articles 59 à 64 du Règlement sanitaire international (2005) », lit-on dans la proposition.

Les mesures pandémiques comprennent les éléments suivants, qui doivent être appliqués par un comité de conformité des signataires :

 Lors de la mise en œuvre des mesures sanitaires en vertu du présent Règlement, y compris l'article 43, les États Parties s'efforcent raisonnablement, compte tenu du droit international applicable, de veiller à ce que :
a) Des plans d'urgence sont en place pour garantir que les déplacements des agents de santé et les chaînes d'approvisionnement sont facilités en cas d'urgence de santé publique de portée internationale ;
(b) Les restrictions de voyage n'empêchent pas indûment le mouvement des agents de santé nécessaires aux interventions de santé publique ;
c) Les restrictions commerciales prévoient de protéger les chaînes d'approvisionnement pour la fabrication et le transport des produits et fournitures médicaux essentiels ; et
d) Le rapatriement des voyageurs est effectué en temps opportun, compte tenu des mesures fondées sur des données factuelles pour prévenir la propagation des maladies.

L'administration Biden recommande également ce qui suit : intensifier la « surveillance de la santé » de tous les pays et citoyens ; la création d'un réseau mondial de communication relevant de l'OMS ; accorde à l'OMS le pouvoir de sanctionner les pays non conformes ; confère au Directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus le pouvoir de déclarer des pandémies ou des urgences ; reconnaît l'autorité de l'OMS pour déterminer les mesures qu'un pays devrait prendre dans une riposte à une pandémie, y compris les mandats de vaccination ; et autorise le financement de l'OMS en cas de "pandémie".

Légalement, tous les accords internationaux et traités étrangers doivent respecter les droits et pouvoirs délégués au gouvernement américain en vertu de la Constitution, sous peine d'être rendus nuls et non avenus comme « inconstitutionnels ».

 

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.

Code de sécurité
Rafraîchir

À propos

Les Manchettes c'est un média alternatif qui respecte et encourage la liberté d’expression.

Il apporte de l'information vérifiée et sans le filtre des médias traditionnels, donne la parole sans exclusivité à tous celles ou ceux qui veulent faire la différence en utilisant leurs plumes.