Quand est-il de l'article qui a paru dans la revue Nexus de mars-avril 2019 - Vaccination Le Plan Mondial Vaccination par M Senta Dupuydt

Quand j'ai lu l'article de M Senta Dupuydt écrite dans le magazine Nexus, je dois vous dire que je suis tombé (en bon québécois)« j'suis tombé sur l'cul», car à mon avis ça prévoyait déjà notre triste future.

M Dupuydt est présidente Children's Health Defensee( l'organisme de défense de la santé des enfants) elle avait prévu le premier confinement en France, mais aussi la date du deuxième, mais ce qui est plus fou encore, elle a prédit tout ce qui nous arrive dans la revue Nexus, de la parution du numéro 121 mars- avril 2019, oui, oui, vous ne rêvez pas, en 2019, bien avant ce fameux virus de la grippe.

Voici un texte de la fantastique résistante M Dupuydt : à la fin du texte vous pouvez télécharger son texte dans la revue Nexus écrit en avril 2019.


Aujourd'hui, je veux vraiment attirer votre attention sur la notion de "solidarité". Quand je regarde les nouvelles, je vois un nombre impressionnant de rapports sur les blessures causées par le vaccin Covid, des milliers de médecins qui refusent le vaccin et des gouvernements et des médias qui continuent de faire pression sur les gens pour qu'ils se fassent vacciner.

Je trouve particulièrement tragique que les praticiens de la santé, ceux qui sont en première ligne et qui font vraiment de leur mieux pour « montrer l'exemple », comme le Dr Gregory Michael, soient les premiers à subir des blessures causées par le vaccin.

Même les médecins ne sont pas informés des risques qu'ils prennent avec ces «produits de vaccination» qui utilisent une technologie génétique expérimentale et du matériel d'injection pouvant provoquer des réactions graves, voire la mort.

Il est inacceptable que tant de personnes de bon cœur, qui veulent bien faire, soient facilement manipulées et utilisées comme cobayes sous prétexte de "solidarité".

Beaucoup d'entre eux sont prêts à prendre un vaccin expérimental parce qu'on leur dit que cela protégera leurs patients ou d'autres personnes. "Si vous n'avez pas envie de vous faire vacciner, prenez-le au moins pour protéger les autres" : leur dit-on.

À mon avis, c'est vraiment un langage abusif. Il n'y a absolument aucune donnée pour dire que les vaccins Covid actuels empêcheraient la maladie de se propager à d'autres personnes.

Cela a été clairement confirmé lors de la réunion publique des parties prenantes de l'EMA organisée pour clarifier le déploiement de la campagne de vaccination contre le Covid en Europe. Je cite:

« Une autre chose que nous ne savons pas, c'est si ou dans quelle mesure les personnes vaccinées peuvent encore être infectieuses et transmettre la maladie ? Il est possible que les personnes vaccinées puissent propager le virus sans tomber elles-mêmes malades.

Nous ESPÉRONS certainement que le vaccin aide ici aussi MAIS pour le moment, nous ne savons tout simplement pas. Par conséquent, jusqu'à ce que nous en sachions plus, les précautions ne doivent pas être relâchées. Même après la vaccination, veuillez continuer avec les mesures de précaution ».

Si vous acceptez de prendre ce vaccin, cela signifie que vous le faites pour vous-même ou pour participer à un essai clinique mondial. Vous acceptez alors les risques de blessure vaccinale que vous pourriez subir et les conséquences que cette décision pourrait avoir sur votre famille.

Peut-être que ce vaccin aidera la société, peut-être pas, peut-être même sera-t-il préjudiciable. Nous ne le savons pas. Il s'agit d'une décision individuelle et nécessite que vous receviez une information complète avant de donner votre consentement.

Tous ceux qui disent que vous protégerez les autres en prenant ce vaccin sont soit mal informés, soit mentent.

Tous ceux qui vous obligent à prendre ce vaccin pour garder un emploi ou pour entrer dans un magasin ou pour participer à une activité le font actuellement sur une fausse prémisse. Ainsi, ce qui a peut-être été entendu dans une intention de « solidarité » par des personnes mal informées, est en fait une forme de discrimination. Et c'est tout simplement illégal.

Nous avons bon cœur, nous voulons aider, nous voulons servir et protéger les autres pendant cette pandémie et nous voulons exprimer notre « solidarité » avec les autres. Ensuite, nous devrions d'abord nous demander comment nous pouvons exprimer au mieux cette solidarité sans être manipulés par ceux qui ne pratiquent pas ce qu'ils prêchent.

Lisez certains de nos articles sur Tedros M. Tedros Adhanom Ghebreyesus le directeur de l'Organisation mondiale de la santé. Avez-vous remarqué qu'il utilise le mot solidarité dans presque tous ses discours ? Avez-vous remarqué à quel point il ressemble toujours à un prédicateur?

Eh bien, qu'en est-il de lui-même? Il a commencé sa carrière dans une organisation terroriste marxiste appelée le Front de libération de la population du Tigré dont l'objectif principal était de prendre le pouvoir et de détruire leurs « ennemis éternels », les tribus Omoro et Amhara ?

Il a servi sous un gouvernement qui a mené des politiques génocidaires pendant des décennies, comme l'ont montré de nombreux rapports d'organisations de défense des droits humains. Et le mois dernier, il a été accusé de crimes contre l'humanité par un récipiendaire du prix Nobel de la paix. Comment un homme confronté à de telles accusations peut-il encore diriger l'OMS ? Comment peut-il parler de solidarité ?

Et qu'en est-il des milliardaires, banquiers et politiciens qui ont fait des profits écœurants sur cette crise en raison des mesures de confinement ? La solidarité voudrait dire qu'ils nous rendent cet argent et que nous le partageons également avec tous ceux qui ont été contraints de fermer leur entreprise.

Comme l'explique l'avocat allemand Reiner Fuellmich, ces personnes sont responsables. Mais nous avons aussi une responsabilité ici en tant que consommateurs ou investisseurs. Nous pouvons mettre fin à cette inégalité et rediriger notre argent pour soutenir de véritables économies locales saines. (voir les entretiens de Reiner Fuellmich et Catherine Austin Fitts dans la série Planet Lockdown).

Qu'en est-il enfin de la notion de « solidarité » entre les générations ?

Qu'en est-il de l'obligation de protéger nos enfants dont la santé, le développement, l'éducation et le bien-être sont fortement impactés par les mesures Covid ? Légalement et moralement, il est de la responsabilité des adultes de protéger les enfants. Pas dans l'autre sens.

C'est un renversement ou plutôt une perversion de la notion de solidarité. Imposer des mesures préjudiciables aux enfants en leur demandant « la solidarité avec les personnes âgées » est tout simplement abusif.

Les enfants ne sont pas responsables de la santé des adultes et ils ne sont pas responsables de la mort de ceux qui approchent déjà de la fin de leur vie.

Quand les enfants sont obligés de porter des masques 6 heures par jour ou plus et que des études préliminaires montrent que 68% souffrent de ces mesures, il faut se demander OÙ EST LA SOLIDARITÉ ?

Quand un jeune enfant demande à sa mère ‘Maman combien de temps devrai-je continuer à porter un masque parce que si c’est trop long je préférerais mourir bientôt’ alors on a un sérieux problème de ‘solidarité’. Au moins je fais.

Peut-être que vous partagez une opinion différente et c'est votre droit. L'important ici est de suivre nos cœurs et de nous demander : en regardant les faits, comment puis-je aider les autres, et en même temps me respecter ?

C'est une opportunité pour nous de nous libérer de la pression sociale.

 

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.

Code de sécurité
Rafraîchir

À propos

Les Manchettes c'est un média alternatif qui respecte et encourage la liberté d’expression.

Il apporte de l'information vérifiée et sans le filtre des médias traditionnels, donne la parole sans exclusivité à tous celles ou ceux qui veulent faire la différence en utilisant leurs plumes.