Le commissaire de la GRC veut que les Canadiens signalent les opinions « anti-gouvernement » sur Internet

La commissaire de la GRC, Brenda Lucki, a exhorté les Canadiens à signaler les comportements suspects sur Internet, y compris les commentaires de personnes qui expriment des opinions « anti-gouvernementales et anti-application de la loi ».

La déclaration du commissaire a été obtenue lundi par Blacklock’s Reporter.

«En cas de doute, signalez-le», a déclaré Lucki. «Il est facile de négliger les moments apparemment ordinaires qui composent nos journées»

La GRC a publié lundi un guide intitulé «Signaler les incidents suspects à la police» qui encourageait les internautes à se méfier des personnes ayant des opinions politiques suspectes ou «anti-autorité» qui «incluent des opinions anti-gouvernementales, anti-application de la loi et anarchistes» ou «Idéologies axées sur les griefs».

«Cette catégorie peut englober des menaces nouvelles et émergentes à motivation idéologique telles que l'environnement, les droits des animaux, etc.», a déclaré le guide. «L'objectif de l'initiative est d'améliorer la qualité des informations partagées avec la police et d'encourager le signalement des incidents et activités suspects»

Le guide a poursuivi en informant que certaines personnes ont des convictions sociales ou politiques qui pourraient être «considérées comme extrêmes ou en dehors des idéologies dominantes». Il a déclaré que bien que certaines idées puissent être préoccupantes pour les gens, la police devrait s'impliquer «lorsqu'une personne utilise ou soutient activement la violence pour atteindre des objectifs idéologiques, religieux ou politiques».

La GRC a ajouté que les forces de l'ordre «n'ont aucun rôle dans le contrôle des pensées des Canadiens».

Malgré cette position, la police fédérale a ouvertement endossé le projet de loi C-36, qui aurait entraîné des amendes de 70 000 $ ou la détention à domicile pour les internautes soupçonnés de publier des messages légaux mais offensants « qui impliquent la détestation ou la diffamation » de groupes identifiables. Le projet de loi C-36 a été déposé en juin, mais est mort au Parlement avec le déclenchement des élections fédérales de 2021.

«Les forces de l'ordre doivent avoir la capacité d'utiliser la loi efficacement», a déclaré le caporal Anthony Statham de la GRC lors d'un webinaire parrainé par le Réseau canadien anti-haine en juillet.«Au Canada, nous n'avons rien qui réglemente la parole».

Selon Statham, le projet de loi C-36 était «une très bonne chose» car il permettrait aux policiers de «voir plus de choses jusqu'aux accusations».

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.

Code de sécurité
Rafraîchir

À propos

Les Manchettes c'est un média alternatif qui respecte et encourage la liberté d’expression.

Il apporte de l'information vérifiée et sans le filtre des médias traditionnels, donne la parole sans exclusivité à tous celles ou ceux qui veulent faire la différence en utilisant leurs plumes.