Une barrière qui choque à Rimouski

Différents actes de vandalisme ont été commis sur les installations portuaires du Port de Rimouski, au Bas-Saint-Laurent, au cours des dernières semaines.

Une barrière d'accès a été installée à l'entrée du quai des pêcheurs commerciaux, au début du mois de juillet, pour faciliter la cohabitation entre pêcheurs sportifs et commerciaux dans cette section du port.

La présence des pêcheurs sportifs dans cette partie du port occasionnait fréquemment des frictions avec les pêcheurs commerciaux. La plupart du temps, les véhicules des pêcheurs sportifs gênaient le travail des pêcheurs commerciaux.

Mais désormais, seuls les détenteurs d'une carte de membre peuvent traverser la guérite en voiture. Les pêcheurs sportifs peuvent toujours s'y rendre, mais ils doivent le faire à pied ou encore à vélo.

«On comprend qu'on demande aux pêcheurs sportifs de changer leurs habitudes [...] On veut cohabiter, mais il faut que les gens comprennent que [la guérite] c'est pour la sécurité du port et des opérations commerciales», a expliqué Anne Dupéré, présidente-directrice générale de la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

«Les pêcheurs commerciaux paient des droits pour pouvoir opérer dans cette section-là du quai», a ajouté Mme Dupréré.

«Les citoyens doivent comprendre que c'est un environnement de travail, qu'il faut respecter les lieux, les utilisateurs», a précisé le maître de port de Rimouski, Yannick Isabelle à TVA Nouvelles, mardi.La SQ appelée sur les lieux

Dans les dernières semaines, les agents de la Sûreté du Québec (SQ) sont intervenus à deux reprises pour des méfaits sur des véhicules ainsi que sur un bateau de pêche. Un projectile pourrait avoir fait les dégâts, mais on ne peut encore le confirmer hors de tout doute. Des enquêtes sont en cours.

De plus, la semaine dernière, l'un des bras de la guérite a dû être remplacé parce qu'il avait été brisé.

«Dans l'ensemble, cela a été bien accepté, mais il y a toujours une portion des gens qui va s'y opposer en disant “moi je paie des taxes, j'ai des droits”, mais on paie tous des taxes pour un paquet de choses: les écoles, les hôpitaux, mais est-ce que ça nous donne le droit d'y aller quand on veut, comme on veut? Non. Il y a des règles et les ports ne sont pas exempts de règles», a souligné Anne Dupéré, présidente-directrice générale de la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

Pour calmer le jeu, la Sûreté du Québec effectue des patrouilles préventives au quai de Rimouski. De plus, de nouvelles caméras de surveillance y seront installées.

La Société portuaire a aussi décidé de permettre la pêche sportive dans une nouvelle section du port.

«Le côté industriel du port [leur est maintenant accessible] quand je n'ai aucune opération portuaire. On a fait ça justement pour baisser la tension et donner plus de place aux pêcheurs sportifs», a souligné le maître de port.Appel au calme

Le maître de port comme la Société qui gère le port prévoient continuer de faire de la sensibilisation auprès de pêcheurs sportifs pour améliorer l'acceptabilité.«Si les pêcheurs ont des idées, des solutions, qui avantagent tous les pêcheurs, on est ouverts! Je les invite à aller voir le maître de port pour lui en faire part», a conclu Mme Dupéré, précisant toutefois qu'aucun retour en arrière n'est prévu.

En tout, une cinquantaine de personnes travaillent sur les différents bateaux de pêche amarrés au quai de Rimouski.

À propos

Les Manchettes c'est un média alternatif qui respecte et encourage la liberté d’expression.

Il apporte de l'information vérifiée et sans le filtre des médias traditionnels, donne la parole sans exclusivité à tous celles ou ceux qui veulent faire la différence en utilisant leurs plumes.